Impacts des croisières et des autobus

Activités de croisières sur le Saint-Laurent : Perception et modélisation des impacts potentiels dans la logistique des transports

Projet de recherche sur les impacts des croisières et des autobus

La Chaire de recherche est heureuse d'annoncer l'obtention du financement pour la réalisation d'un projet de recherche sur les activités de croisière sur le St-Laurent. Ce projet est notamment financé par le Réseau Québec Maritime et un partenaire de la Chaire, l'Administration portuaire de Québec. L'équipe de recherche bénéficie également de l'appui du Secrétariat à la stratégie maritime du Ministère des transports du Québec.

Au cours des dernières années, les ports du St-Laurent ont vu augmenter le nombre de bateaux de croisière à leurs quais. Si la présence de touristes qui visitent les destinations de croisière suscite l'enthousiasme d’un point de vue économique, on connaît peu de chose quant à l'impact des activités de croisières sur la qualité de l’air des destinations de croisières du St-Laurent.

Ce projet de recherche qui sera réalisé au cours l'année 2020-2021, consiste à évaluer l’effet des activités de croisières et d'autobus dans le Port de Québec sur la qualité de l’air des secteurs résidentiels à proximité avec une approche perceptuelle et par modélisation. Réalisé pendant une période exceptionnelle, période marquée par l'absence de bateaux de croisière à Québec et l'absence de nombreux autobus touristiques pendant une partie de la saison estivale 2020, ce projet de recherche devient le point de comparaison pour la période post COVID-19.

L'équipe de recherche est constituée de Laurent Bourdeau, Ph. D. (chercheur principal), titulaire de la Chaire de recherche sur l’attractivité et l’innovation en tourisme, de Pascale Marcotte, Ph. D., responsable scientifique de la Chaire de recherche, de Nathalie Barrette, professeure au département de géographie de l'Université Laval, d'Isabelle Falardeau, doctorante à l'Université Laval et professeure à l'Université du Québec à Trois-Rivières, de Dominic Lapointe, Ph.D., professeur à l'UQAM et responsable du Groupe de recherche et intervention : tourisme, territoire et société, de Maxime Labrie-Tremblay, étudiant à la maîtrise en sciences géographiques de l'Université Laval.

L'équipe de recherche est également appuyée par deux ingénieurs, Richard Leduc et Jean-François Doyon. Nous sommes également heureux de pouvoir compter sur la contribution de M. Charles Gagnon, étudiant de 1er cycle en génie physique à la Faculté des sciences et de génie de l’Université Laval. Pendant l'été 2020, M. Gagnon effectue son stage sous la supervision des deux ingénieurs de l'équipe. M. Gagnon contribue notamment à la réalisation des modèles météorologiques.